©Julien Benhamou 

Athénée Théâtre Louis Jouvet - Paris / Centre des bords de Marne - Le Perreux sur Marne / Théâtre Roger Barat - herblay

Direction : Johannes Pramsohler 

Mouvement : Anne Lopez

Scénographie : Amélie Kiritze-Topor

Costumes : Bruno Fatalot
Lumières : Mathieu Cabanes

Maquillages/coiffures : Véronique Soulier Nguyen

Croesus : Ramiro Maturana

Elmira : Yun Jung Choi

Atys : Inès Berlet

Orsanes : Wolfgang Resch

Cyrus : Andriy Gnatiuk

Clerida : Marion Grange

Eliates : Jorge Navarro Colorado

Elcius : Charlie Guillemin

Solon : Benoît Rameau

 

« L’ennemi est dominé par les loisirs et la luxure ... » Cyrus - Acte 1

Cette réplique établit l’esprit de l’oeuvre et la direction dans laquelle je souhaite travailler.

Croesus et Cyrus se battent pour la même chose , l’or, l’argent... seul compte le mot « fortune ». Posséder, posséder encore ... Se complaire dans l’argent sans se soucier du reste.


Il n’est jamais question de bonheur d’un peuple, il n’est jamais question de se battre contre l’ennemi pour assurer à son peuple des jours meilleurs mais simplement posséder la fortune de l’autre ...

Il y a dans cette pièce un rapport à la superficialité. Elcius ne pense qu’à vendre des maquillages pour «rajeunir les vieilles» et du tabac «pour être à la mode»... Elmira, Clerida, Atis, Orsanes, Eliates sont obnubilés par leurs quêtes amoureuses alors que le pays est en guerre ... Douce alternative ...

On peut voir comment ce texte du 18e siècle résonne fortement aujourd’hui, comment la course au pouvoir et les intérêts financiers sont les préoccupations principales dans cette société superficielle. Un huis clos révélateur, un miroir tendu vers nous-mêmes.

Y aurait-il un espoir dans cette société pervertie et égoïste ? L’amour d’Atys et Elmira ? Qu’en dire lorsque cette dernière associe son amour au Prince Atys avec l’ambition de devenir Reine un jour... Est ce vraiment de l’amour ? Est-ce seulement intéressé ... ?

Le conflit est aussi un élément omniprésent dans cette œuvre... Conflit guerrier, conflit amoureux, conflit intérieur, conflit avec l’autre ou soi même ... Chacun découvre son vrai visage dès lors qu’il est en conflit.

La lumière et les ombres 

Personnage à part entière, la lumière joue avec les contrastes, les ombres, modifie l’espace, l’annule, le fait apparaitre, le dynamise, le découpe.

Une scénographie de Terre et d’Or ...

La terre est la substance universelle, le chaos primordial. Elle donne et reprend la vie. Elle est symbole de régénération mais également destructrice en réclamant les morts dont elle se nourrit.

La surface plane de la terre représente également l’homme en tant qu’être conscient ; le monde souterrain, avec ses démons et ses monstres ou divinités malveillantes. La terre devient le symbole du conscient et de sa situation conflictuelle, symbole du désir terrestre et de ses possibilités de sublimation et de pervertissement. Elle est l’arène des conflits de la conscience dans l’être humain.

L’or est le métal parfait... Il a l’éclat de la lumière, il est solaire et royal. L’Or/Lumière est le symbole de la connaissance. Ni ne se rouille, ni ne se souille, il est le socle du savoir, le trône de la sagesse. Mais si vous confondez le socle et la sagesse, il tombe sur vous et vous écrase. Il procure le bonheur, si il est bien utilisé, sinon il précipite la perte de son propriétaire ... L’or est un trésor ambivalent. Si l’Or métal est un symbole solaire, l’Or monnaie est un symbole de pervertissement et d’exaltation impure des désirs, une matérialisation du spirituel et de l’esthétique, une dégradation de l’immortel en mortel.

Une scénographie de Terre et d’Or ... Une cube d’or émergeant de la terre. Ce métal parfait cherche à éclairer nos ténèbres.